L’école élémentaire Langevin Wallon est située dans un quartier populaire de Colombes, classé « Réseau Réussite Scolaire » (anciennement ZEP).

Les évaluations annuelles de fin d’année en CM2, offrent un constat désolant : plus de 30 % des élèves n’ont pas les acquis de base en lecture, écriture et mathématiques.

Il ne s’agit pas d’enfants moins intelligents que d’autres, mais de ces enfants dont on dit qu’ils ne sont pas « scolaires ».

Dans les quartiers plus favorisés, les difficultés d’apprentissage sont, souvent, prises en charge par les familles. Dans le nôtre, les familles sans revenus salariaux ou monoparentales à bas revenus sont de plus en plus représentées.

Lionel Marçal, enseignant à Langevin Wallon a décidé de ne pas s’arrêter au constat d’échec. Passionné et militant, il souhaite offrir aux élèves, dès le CP, toutes les chances de pouvoir entrer dans les apprentissages en mettant en œuvre d’autres méthodes pour lutter contre l’échec scolaire.

C’est là qu’interviennent les sources d’inspiration : tout d’abord les médecins : Jean Itard, Edouard Séguin puis Maria Montessori – qui ont travaillé sur les grandes lois de l’apprentissage et de l’épanouissement humain, à l’origine de méthodes pédagogiques fondées sur ces observations.

Ensuite les enseignants, Céline Alvarez, en particulier, qui a créé et enseigné pendant trois ans dans une classe « Montessori » dans une école publique de Gennevilliers.

Les tests, réalisés par le CNRS de Grenoble, ont indiqué que tous les enfants de cette classe ont progressé plus vite que la « norme ». Les enfants en retard dans leurs apprentissages ont comblé et dépassé ce retard. 90 % des élèves de la classe savaient lire et maîtriser les 4 opérations en fin de maternelle, faisaient preuve d’une plus grande autonomie et d’une meilleure relation avec les autres.

Pour Langevin-Wallon, les premiers objectifs sont les suivants :

  • Phase 1 (année 2015-2016) : Mise en place d’une salle de classe (cycle 2 : CP puis CE1) où la manipulation, l’autonomie, la réussite et l’aspect concret des apprentissages fondamentaux seront mis en avant.
  • Phase 2 (année 2016-2017) : Installation d’une classe de CP (pratiques de classe, ambiance et matériel)
  • Phase 3 : élargissement éventuel à d’autres classes

Pour ne pas rester indifférents face à l’échec scolaire, nous pouvons tous contribuer. En commençant par l’aider à financer le matériel nécessaire.

Chaque euro récolté grâce à cette cagnotte servira à l’équipement des classes avec un matériel spécifique.

Merci à tous ceux qui nous aideront.